Ralentissement et profit pour Alphabet

L'homme saisit le terme de recherche dans la recherche Google.
Source: Pixabay

Les boursiers de Wall Street sont plus qu’heureux de voir le succès de la maison-mère de Google. Ses chiffres de premier trimestre furent révélés et la bourse de New York est heureuse de ses résultats. L’économie souffre beaucoup, la pandémie a fait ses ravages, mais les plateformes d’information, de vidéo (YouTube) et de services de divertissement tel que les casinos en ligne subissent une tout autre courbe. Mais le ralentissement malgré

Qui se dissimule derrière Alphabet

L’entreprise Alphabet, souvent nommée la maison-mère de Google ou géant de la publicité en ligne, est une entreprise qui fut créée lors de la restructuration de Google, en août 2015. Elle est une conglomération de compagnie, et Google compte parmi ses plus importants partenaires. Alphabet s’est prouvé adéquat pour régler les situations de transparence pour Google qui lui a permis de créer des rapports financiers indépendants. Mis à part Google, le géant du divertissement YouTube est aussi sous l’ombrelle d’Alphabet, au côté de compagnies tel que Calico (domaine de la santé), Wing (service de drones) et Waymo (voiture autonome Google). La filiale compte aussi Sanofi, Chrysler et GlaxoSmithKline parmi ses partenaires.

Des chiffres et des lettres

Le chiffre d’affaires du premier trimestre d’Alphabet est à la hausse en comparaison à l’an passé. Un simple 13% de progression le situe à 41,2 milliards de dollars. Qu’est-ce que cela signifie pour Wall Street? Ces résultats sont supérieurs aux attentes et lui ont valu une hausse de 3% de son titre après la fermeture de la Bourse la semaine passée. Mais ils ne sont pas aussi bons que prévu, malgré les performances de YouTube des derniers mois. Les revenus les plus rentables d’Alphabet demeurent en publicité, des rentrées d’argent générées par Google, en fait par sa publicité.

Google analyse

Bien entendu, l’entreprise Alphabet a plus qu’un outil dans son sac. Avec Google à ses côtés, il est possible d’enregistrer et analyser une très grande quantité de renseignements importants sur les utilisateurs et leurs habitudes de recherche en ligne. C’est à partir de ces informations que la publicité devient très réactive puisqu’elle cible la population qu’elle désire toucher. Le pouvoir d’Alphabet ne se limite pas à son contrôle sur ses clients, mais aussi sur ses concurrents et fournisseur.

Un MacBook avec la recherche Google ouverte.
Source: Pixabay

Acheter ou ne pas acheter

Avec l’excitation de la bourse américaine due au retour de l’action, des ventes et surtout des entreprises victorieuses dans ces temps financiers critiques, la question demeure… Devons-nous acheter des parts d’Alphabet ou non? Est-ce une entreprise viable dans l’avenir, durable ou est-elle trop critiquée?

Alphabet et ses filiales dominent le secteur de la recherche en ligne, la publicité, la vidéo, les navigateurs web et bien entendu la publicité en ligne. Des revenus de Google de plus de 95 milliards de dollars ont été enregistrés pour 2017. Ils représentent 86% du chiffre d’affaires total d’Alphabet pour cette période d’activité. Et Google demeure LE moteur de recherche le plus utilisé aujourd’hui.

Mais l’entreprise reçoit aussi ses critiques sur les droits d’auteur, la violation de la vie privée de ses utilisateurs et de son brevet. Certainement, plus une entreprise prend de la place, plus elle est critiquée. Mais Google a effectivement été reconnu coupable de contrefaçon de brevet, a reçu une condamnation pour avoir enfreint les lois de droit d’auteur. Toute cette publicité nuit énormément à l’image de l’entreprise Alphabet, mais elle n’est aucunement cachée du public et désire demeurer transparente concernant les points positif et négatif de la filiale.

Prochain trimestre financierLe marché de la publicité sur internet est loin de disparaitre bientôt. Et en fait, le chiffre d’affaires d’Alphabet sont une indication claire que certains domaines sont beaucoup moins touchés par la récession qui frappe à nos portes cette année. Les taux d’intérêt à la banque, les fermetures de petites et moyennes entreprises et l’état financier mondial sont difficiles à prédire. Mais nous savons tous désormais que rien ne peut être tenu pour acquis et tout peut changer en quelques jours.